Imaginaire et fantastique

La Fiction Climatique (Cli-Fi)

 

« Nous ressentons une impression de vide en étant là à recycler nos déchets, alors que nous courrons tous au désastre. C’est un peu comme si nous arrangions les chaises longues sur le Titanic. »

Jess Walter (écrivain).

 

La Fiction Climatique ou Cli-Fi pour Climate Fictionest un sous-genre de la Science Fiction : Les événements climatiques sont utilisés comme base de récits.

En exemples de films, on peut citer Waterworld de Kevin Reynolds, avec la Terre remplie d’eau, ou Le Jour d’Après de Roland Emmerich, avec un dérèglement climatique très rapide et glacial. En littérature, il y a AQUA (TM) de Jean-Marc Ligny, Le Monde Englouti de J.G. Ballard, ou la série Fondation d’Isaac Azimov

Très à la mode aux Etats Unis, malgré de nombreux sceptiques, le genre l’est moins en France. Pourtant le réchauffement climatique et les catastrophes naturelles sont bien réels et ne peuvent plus être ignorés.

Souvent dystopiques (avec un côté négatif, à l’inverse d’utopique), mais pas toujours, les récits exagèrent les phénomènes météorologiques, les climats etc… Cependant la Fiction Climatique se base sur des réalités, ce qui en fait un genre intéressant car il reste dans le domaine du possible.

On sait que le genre Post-Apocalyptique plait beaucoup, il est d’ailleurs souvent lié à la Fiction Climatique, car les conséquences sont comparables sur les civilisations. Notre côté curieux apprécie de voir comment une population pourrait gérer ce genre d’événements et apprendre à survivre dans un milieu hostile.

C’est en partie ce qui a fait le succès de la série The Walking Dead, (la terre envahie de zombies), car au delà du côté Post-Apocalyptique, on s’intéresse aussi à la psychologie des héros. Remplacez les Zombies par une bonne grosse tempête ou un soleil plus qu’écrasant et vous obtenez la Cli-Fi.

Au final, la survie reste le véritable sujet avec tout ce qui en découle. Notre égoïsme, fait que nous nous intéressons plus à comment nous pourrions survivre, qu’à comment nous pourrions améliorer notre manière d’habiter la terre.

En attendant, le réchauffement climatique impacte de plus en plus notre monde, notre santé, et les catastrophes naturelles pourraient bien devenir de plus en plus nombreuses et importantes. La nature se rebelle et pourrait bien nous anéantir, la fiction n’est donc pas si loin et si ce genre peut éveiller les consciences, c’est tant mieux.

Le Survivalisme (se préparer à une catastrophe), dont les adeptes entassent du matériel, des provisions, creusent des bunkers etc, fait parfois sourire, mais il pourrait bien être notre seule chance de survie…